Matériaux(D'après David Amster)
L’architecture des maisons marocaines Exemple de maisons à Fez Une maison typique de Fès : Une Dar , est une maison avec un patio (cour intérieure) , avec souvent 2 pièces ou salons en rez-de-chaussée se faisant face, une fontaine murale ornée de zelliges, et une (petite) pièce de réception sans porte ouverte sur le patio face à la fontaine où avant coulait l’eau en permanence. On trouve parfois une fontaine centrale en marbre au lieu d’une fontaine murale. La porte d’entrée se compose d’une large porte rarement utilisée et d’une plus petite intégrée dans la grande pour l’usage quotidien. Il y a aussi 2 marteaux de porte en fer forgé, l’un en haut pour ceux qui sont à cheval, et l’autre en bas pour les piétons. On trouve une « main de Fatma » stylisée pour repousser le « mauvais œil » et un accès en quinconce pour que les passants ne puissent voir l’intérieur. La porte d’entrée est décorée de gravures linéaires ou géométriques et surtout par des gros clous ronds qui maintiennent les planches de la petite porte découpée. Il y a toujours un ou deux jeux de portes intérieures à l’entrée pour garantir sécurité et intimité. Les salons autour du patio sont étroits, avec des plafonds très hauts, parfois sculptés et peints. Ces salons, avec en bas des coussins brodés disposés tout autour (de nos jours les coussins ou matelas en laine sont posés sur des sommiers en bois), sont multi-usage : salon, salle à manger, chambre à coucher. Dans la plupart des maisons il n’y a peu ou pas de fenêtres du tout donnant sur rue, et dans les maisons les plus anciennes pas de fenêtre dans les salons, seulement 2 très grandes portes avec 2 plus petites encastrées. Ces portes étaient souvent gravées et peintes de motifs géométriques et floraux. Pendant l’été les grandes portes devaient rester ouvertes et il y avait alors des rideaux brodés ou au crochet pour préserver l’intimité : Pendant l’hiver les grandes restaient fermées et les petites portes étaient seules utilisées. Quand il y a des fenêtres dans les salons, elles sont munies de grilles en fer forgé et de volets en bois peint et souvent de jours en verre coloré disposés en demi-cercle sur les plus grandes fenêtres. Dans les maisons moins anciennes, les grandes fenêtres des salons sont munies de vitres, souvent accompagnées de verres rouge, bleu, vert et jaune. Au rez-de-chaussée se trouve une cuisine avec une minuscule toilette attenante ("à la turque"), voire même à l’intérieur. Etrange pour les habitudes occidentales, mais probablement destiné à simplifier la plomberie... La cuisine était très simple : un petit poêle à charbon, parfois une simple fontaine murale et une ouverture en plafond pour aération et évacuation, mais pas de mobilier à l’exception d’une table basse ; ni plan de travail, ni réfrigérateur, et ordinairement pas de four non plus, puisque les plats cuisinés étaient portés au four du boulanger de quartier. Certaines maisons ont un puits , et jusque récemment l’eau courante coulait en permanence de la fontaine du patio jusqu’aux toilettes. Même au XIIème siècle, la plupart des maisons de Fès avaient l’eau courante par des tuyaux en terre cuite. Malheureusement, le système hydraulique traditionnel a été très endommagé, mais beaucoup de maisons ont encore le système d’écoulement d’origine. En revanche, parce que certaines maisons n’ont pas l’eau, ou parce qu’elle est chère, des gens vont encore chercher l’eau aux fontaines publiques. Une très grande maison pourra un « hammam » ou bain traditionnel. La plupart des gens, de toute manière, va une fois par semaine au hammam public, même s’ils ont désormais une douche chez eux. Mais en général l’eau chaude est encore rare dans les maisons de la Médina. Il y a habituellement un second étage avec 2 salons ou plus au-dessus de ceux du bas, et plusieurs petites pièces à plafond bas entre les deux étages pour entreposer grain, olives et huile dans de grandes jarres. On trouve parfois une petite pièce avec une discrète fenêtre, par où les femmes pouvaient observer lorsqu'il y avait des étrangers masculins dans la maison. Il y a ordinairement une cuisine et des toilettes à l'étage, car la famille aime vivre au rez-de-chaussée l'été et à l'étage l'hiver ; ou parfois lorsque la famille s'agrandit, une partie vit en bas et l'autre a l'étage. On trouve habituellement 1 ou 2 étroits escaliers conduisant aux pièces du haut et à la terrasse. Ces escaliers sont recouverts de zelliges, mais sur le bord de chaque marche il y a un nez de marche en cèdre. Dans les plus anciennes maisons il y a un balcon sur 1 à 4 des cotés de la cour, mais à compter du 19ème siècle il fut omis pour obtenir plus de lumière. Le garde-fou du balcon était à l'origine constitué d'un panneau complexe en bois ( moucharabieh ), mais il fut au 19ème remplacé peu à peu par du fer forgé décoratif. D'encore plus anciennes habitations avaient des moucharabiehs à beaux motifs géométriques sur les fenêtres sur cour, but c'est extrêmement rare aujourd'hui. Le balcon et la structure à ciel ouvert ( halka) sont supportés par des poutres en traverse, ou par 2 à 12 colonnes. Dans la plupart des maison, l'ouverture au ciel est munie d'un grille en fer, pour protéger des voleurs et empêcher les enfants de chuter. Au niveau du toit il y a une terrasse et quelquefois une autre pièce plus ou moins grande, le Menzeh , pour recevoir des invités particuliers. Ce pouvait être la plus belle pièce de la maison, avec beau plafond sculpté et peint, ouvertures en verre coloré en plâtre sculpté, et fenêtres sur les montagnes ou la médina. Depuis la terrasse il y a souvent une vue panoramique, mais dans les plus vieilles maisons, il pouvait y avoir de hauts murs pour préserver l'intimité, car c'était le domaine exclusif des femmes jusqu'à récemment. Les femmes utilisent encore principalement la terrasse pour faire sécher le grain, la laine ou les vêtements. Il est rare que les gens demeurent sur les terrasses, bien que pendant les jours les plus chauds de l'été, il est très courant que la famille y dorme. Autres types de maisons : - La Dwira est une petite maison (diminutif de Dar), avec souvent seulement une pièce en haut, une pièce en bas et un petit patio, ordinairement sans pilier. Dar Bennis est un exemple de Dwira. - Un Riad est une maison avec un jardin au centre, orné souvent d'orangers et citronniers (le mot arabe Riad signifie Jardin). Le jardin est situé parfois au centre, et quelquefois la maison est en fer à cheval avec le jardin en 4ème coté. Beaucoup de riads n'ont de pièces que sur un niveau, pour maintenir de la lumière aux plantations. - Une Masriya est une maison d'invités, souvent très décorée, dépendance d'une maison plus importante. Au rez-de-chaussée il y avait souvent une étable ou une boutique avec une réserve dessus, puis la Masriya proprement dite au-dessus. La masriya était réservée aux invités masculins, qui n'étaient normalement pas autorisés à dormir dans la maison principale, ou quelquefois au fils aîné et ses amis, plus tard pour sa propre famille. Le terme Masriya signifiant "Egyptien", probablement que pour les marocains, le concept de "maison égyptienne" sous-entendait les pièces principales situées dans les étages, par rapport à la maison normale marocaine, centrée autour d'une cour au rez-de-chaussée. - Un Kasr est un palais ou une très grande maison. De bons exemples à Fès sont le Musée Batha (Palais du Sultan à la fin du 19ème), le Palais Mnebhi sur Talaa Seghira, le Palais Mokri et le Palais du Glaoui dans le quartier de Ziat. David Amster , traduction de William Artus
Architecture
Copyright WArtus 2010-2012
Accueil Menu Description Plans Photos Fès autrement Renseignements Lien utiles Architecture Autres Infos Matières Prix Réservation Livre d'Or Conditions Générales